Minsk 2, Debalceve … la faillite de la politique européenne vs la Russie

Minsk 2, Debalceve … François Hollande, Angela Merkel montrent leur incapacité de régler quelconque crise politique majeur; leurs opposants politiques sont encore pires, car les complices de la Russie, notamment Nicolas Sarkozy, François Fillon. Les solutions existent et devraient être appliqués: les sanctions concrètes et douloureux pour l’état russe à tous les niveaux:

La blocage continentale de la Russie: privation de liberté de circulation des produits, des capitaux et des personnes.

En même temps: armement d’Ukraine parait comme une nécessité majeure. Les opposants, surtout compromis, comme la Grèce, devrait être rappelles à l’ordre, sinon subir la conséquence économique de trahison du camp occidental.

Les citoyens de la Russie n’ayant pas le statut quelconque en communautés européennes (évidemment la loi ne marche pas « à l’arriérè ») devraient avoir la procédure adapté au comportement de leur gouvernement. Soutien de 80% à ce gouvernement doit se solder avec une sanction aussi, il y a aussi la question de sécurité intérieure de l’espace Schengen: les ressortissants russes sont potentiellement le source de terrorisme dans les pays membres de l’UE (par exemple le cas d’enlèvement en Russie d’un officier de renseignement estonien par les ressortissants russes sur le territoire estonien, menace de séparatisme en Latgalie en Lettonie en système « bonhommes verts »). Ce contrôle de circulation des citoyens russes peut venir de plusieurs manières :

– augmentation du coût total d’une visa de 35€/70€ d’aujourd’hui aux valeurs comparables à ceux des USA (ie 160USD pour une visa B1/B2 -> 136€) avec les conditions de l’octroi similaires à ceux d’USA.

– rupture des traités sur la libre circulation des habitants des communes frontaliers UE/Russie (un traité de ce genre existe entre la Pologne et la Russie pour oblast de Kaliningrad)

Je me rappelle encore il y a 2 mois que des dignitaires du DNR séjournait aux Alpes français, puisque ceci a l’air si facile, l’ensemble d’accès doit devenir plus difficile; l’équivalence s’appliquera surement, mais je crois que le gène aux européens sera négligeable (limité aux confrères de patron de total et aux inconditionnels du « Transsyberien » et d’autres voyageurs – la Russie ne représente pas une destination touristique très importante).

Le démarche est basé également sur le retour d’expérience des années 1980 concernant la Republique Populaire de Pologne, qui après le coup d’état de Jaruzelski était soumise aux sanctions européens; ceci concernait aussi les citoyens polonais (évidemment ceux qui se sont échappes pour des raisons politiques et ont demandé asile politique l’ont reçu après traitement de leurs cas par les institutions appropriés)

 

J’ajouterais que l’empirisme montre que des menaces répétés ont l’air de se convertir en réalité de la part des autorités russes dans le temps; je pense notamment aux tentatives de déstabilisation des pays baltes, menace de séparatisme, voir de la conquête; les tentatives de déstabilisation politique des pays d’UE sont un fait avéré et l’ingérence hostile de la Russie est clairement visible (argumentaire contraire n’a pas de sens en vue des déclarations de Tsipras, d’Orban, de Sarkozy et d’autres): du coup il y a toute la problématique de sécurité, qui devient une des grandes priorités de l’Europe : à la fois sécurité intérieure contre l’extrémisme et l’activité haineuse et la sécurité extérieure contre l’appareil militaire et renseignement russe. Les solutions doivent être multiples et diversifiés (renforcement de renseignement, l’armement, entrainement de population …), mais tout en respectant la démocratie propre au système européen vis à vis des citoyens européens.

 

Le fait que ceci peut se derouler en plein respect des droits de l’homme n’est pas eugénisme, cf. http://daccess-dds-ny.un.org/…/043/88/IMG/NR004388.pdf… , car chaque être humain a droit aux droits de l’homme en tant que telles, ces droits la par contre ne signifient en aucun cas qu’un citoyen russe, sans statut légal obtenu auprès des autorités européennes a les mêmes droits qu’un citoyen européen;

C’est même plus complexe, car l’UE est un conglomérat des états; logiquement, comme n’importe quel étranger ne possédè pas tous les droits d’un citoyen de pays différent de celui dont il possédè la nationalité, comme moi en tant que citoyen polonais, je ne possédè pas la droite de vote active ni passive dans les élections nationales françaises, je possédè d’autres droits, octroyés par les traités européens signés à la fois par la Pologne et la France … la Russie ne fait pas partie de ces traités, logiquement ses citoyens ne disposent pas des droits et devoirs décrits par ces traités. Pour les citoyens russes plus particulièrement ceci signifie qu’un citoyen russe possédant le droit de séjour en UE (genre carte de séjour) jouit les droits européennes assez semblables à ceux d’un citoyen européen (moins droit de vote évidemment, c’est décrit dans les directives européennes qui valent bien et surtout dans les lois d’immigration propres à chaque membre d’UE ainsi que les traités bilatérales entre pays membre d’UE et la Russie) et dans le cas de différents ce sont des procédures applicables à ce statut qui s’appliquent; si on essaye de chercher l’exemple précis, imaginons une personne non-grata, qui produit une propagande pro-douginiste, séparatiste en Lettonie, d’une maniérè mettant en danger l’ordre publique dans le pays européen de son résidence son cas serait traité différemment selon le fait qu’il a citoyenneté européenne, les papiers de séjour européens ou pas (ie uniquement une visa touristique). Dans tous les cas de figure, je dis déjà que le système Schengen doit permettre de savoir parfaitement quelles citoyens russes veulent entrer sur le territoire de l’UE : ceux qui sont identifiés en tant que potentiels menaces à la sécurité devraient être interdits d’entrée. Et les citoyens russes activement soutenant le terrorisme (ie. ceux qui soutiennent le DNR) devraient faire l’objet d’une enquête de DCRI (ou d’organismes semblables dans l’autre pays), dans le cas flagrant ces personnes devrait faire l’objet d’expulsion et interdiction du territoire selon les procédures applicables à leur statut juridique (ie. ceux qui contribuent à la provocation des débordements, mais aussi dans le cas de rôle importante dans incitation des départs confirmés des ressortissants français au Donbas de coté séparatiste suite à l’action de telles personnes). En ce qui concerne le coût des visas, je pense tout simplement sur une autre manière de faire la pression financière supplémentaire sur la Russie en tant que telle (selon principe d’égalité le prix de visa devrait être pareil pour tout le monde, mais ce prix est la décision politique arbitraire de l’état/organisme qui fournit la visa, selon ses intérêts politiques particuliers –> cette mesure vise ceux qui considèrent qu’ils peuvent soutenir passivement ou activement l’agression de leur gouvernement aux autres états et profiter en même des services à haute valeur ajouté en l’UE, j’en ai vu à la fois ici, à Paris, aux Alpes et ailleurs en Europe): n’oublions pas : les citoyens sont aussi responsables pour l’agissement de leur gouvernement; les Allemands n’étaient pas tous fascistes, mais certains par la peur, d’autres par l’indifférence, d’autres par l’opportunisme acceptait les crimes commis par le 3eme Reich; moralement ils étaient « mouillés » car ils ont élu le gouvernement de Hitler dans une élection démocratique; je crois, que les élections en Russie qui ont élu Poutine au pouvoir ne sont pas considérés comme truqués (pas d’une maniérè assez significative pour remettre en question la responsabilité civile de ses électeurs et absence d’une réaction suffisamment forte pour changer le cours d’événements). Ostracisme (rejet ou l’indifférence) est une maniéré passive, non invasive, mais terriblement efficace de dire à ces gens que nous n’apprécions pas ce qu’eux sont en train d’apprécier, sanctionner. Les citoyens russes ont droit et la liberté (de notre ingérence européenne) de faire ce qu’ils veulent chez eux , mais les citoyens européens ont droit de vouloir faire ce qu’ils veulent chez eux (et refuser quelconque ingérence d’état russe d’une maniérè qui est compatible avec nos lois et habitudes). Ce que sera le futur, on verra: celui ci dépend des élections et politiciens choisis par les citoyens européens. Perso, je suis d’avis, qu’en absence d’interlocuteurs raisonnables (et Minsk 2 / Debalceve montre ça une énième fois: Poutine ne cherche aucune solution, c’est lui même et tout son gouvernement qui est le probleme en soi) il faut isoler la Russie d’une maniéré passive, mais concrète (ie mesures qui concernent nous mêmes, européens) pour diminuer sa capacité de nuisance.

 

Il y a deux aspects dans mon discours:

– la sanction pure (exemple: coût de visa) et

– la sécurité … pour ce deuxième aspect, je peux que espérer que nos services de renseignement se débrouillent pour savoir qui peut poser des problèmes: des équivalents Spetznaz de type Strielkov, des criminels de type Motorola, etc. Après, ce n’est pas moi le spécialiste comment dénicher tout ce petit monde. Il est sur, qu’il faut plus d’efficacité dans l’UE qu’en Ukraine pour ne pas se retrouver avec des explosions des ponts à Riga, des débordements et blocages des institutions locales par des « minorités russophones » en Latgalie. Ce qui est sur aussi, en tant que citoyen européen je ne me sens pas rassuré par mes élus sur ce sujet et j’espère qu’ils vont traiter ce sujet (j’aurais occasion en 2015 j’ai des élections présidentielles et parlementaires en Pologne)

 

Des exécutants de l’action terroriste peuvent avoir n’importe quelles papiers de fait; mais tous les phénomènes négatives sont traités par deux maniérés: prévenir ou diminuer la gravité de résultat. Prévention peut se faire par une telle construction de procédure d’obtention de visa, qui révélè le mieux des intentions de la personne qui veut entrer sur le territoire de l’UE, de ce point de vue l’exemple américain est effectivement pas mal avec son système des visa et un système sans visa pour les pays dit de confiance). La Russie se positionne actuellement quelque part entre l’Iran et la Corée du Nord en domaine de confiance …. Deuxième maniérè: « diminuer la gravité de résultat » (résultat, événement redouté étant « laisser entrer sur le territoire de l’UE une personne malveillante ») passerait par l’effort de renseignement qui permet d’identifier spécifiquement les personnes de ce genre présents en l’UE et si nécessaire les expulser ou arrêter pour éventuelles crimes si elles en commettent.

 

Il faut garder la tête froide, néanmoins la température d’environnement augmente; l’adaptation est nécessaire pour ne pas se réveiller demain dans une autre réalité écrite par des gens qui veulent détruire par la force le style de vie de ma famille ou celle de mes amis. On voit bien que ces gens n’ont pas de limite et en temps réel ils continuent leur démarche. Il y a une énorme rupture entre le monde avant fatidique novembre 2013 et aujourd’hui, en tout cas dans l’esprit de grande publique. Je suis d’avis qu’il faut faire ce qu’on peut pour ne pas arriver à l’état de guerre, mais on ne peut pas éviter la guerre à tout prix, sur danger de se soumettre au dictat terroriste.