Mass Effect 2, Les douze salopards en version SF

Mass Effect 2 reprend à la fin de l’histoire de Mass Effect : Shepard est reparti pour chercher les traces des Reapers… et il trouve quelque chose qui lui est fatale – son vaisseau mythique, Normandy est détruit, son équipe est dispersé et lui-même se retrouve presque mort sur une planète inconnue… Il se réveille beaucoup plus tard dans une base de Cerberus, l’organisation secrete qui l’a ramené à vie. Ici l’aventure recommence, car Cerberus a ses plans liées au Shepard : ils l’envoient en mission d’enqueter et resoudre le problème de disparition des colonies entiers des humains. Shepard peut profiter d’occasion et également poursuivre son propre agenda pour comprendre des Reapers, pour trouver leurs faiblesses…

 

Mass Effect 2 est la suite directe de son prédécesseur, le jeu de rôle occidentale, Mass Effect. En terme de typologie il s’agit d’un jeu de role et d’action de type occidental.

Positive

ME2 ne m’a pas déçu, car j’ai été vraiment plongé dans son univers de jeu, de vie de Shepard et aventures de son équipe … J’ai aimé la diversité plus importante des planètes qu’on visite, plus grand choix des armes. J’ai aimé aussi le concept de «douze salopards » appliqué à l’ensemble de l’histoire (on doit faire une mission suicide, comme dans ce vieux film américain, et à la base on avait à notre disposition 12 PNJ qu’on réunit en cours des missions secondaires).

 

D’autre caractéristique très appréciable est le fait que le jeu peut utiliser des sauvegardes du premier jeu et ainsi hériter les résultats des quêtes de ce jeu. Certains de ces quêtes continuent dans la suite et on peut voir leurs résultats. Ce qui m’excite encore plus c’est que dans Mass Effect 3 on pourrait cumuler des résultats des DEUX premiers jeux ! J’espère que Bioware va explorer toute la non linéarité que ceci permet !

 

Globalement, le jeu m’a pris environ 60 heures qui ont été très agréables! Lorsque toute la trilogie sera publiée je vais rejouer à ce jeu encore avec plaisir.

 

Une note sur les DLC: la somme de tous les DLC publiées jusqu’à ce jour représente un contenu assez important, soit l’équivalent d’une bonne extension sur le disque additionnel selon ancien style. Les missions en plus ajoutent beaucoup de la valeur, y compris Zaeyd (bien qu’il était très probablement une partie du jeu de base avant sa sortie), alors toutes les petites missions du Cerberus, la mission Overlord, Kasumi et courtier d’ombre (shadow broker) qui a comblé des trous dans le jeu de base en ce qui concerne Liara T’Soni.

Négative

ME2 a certains des inconvénients de son prédécesseur et quelques nouvelles … Tout d’abord le virus de consolisation progresse un peu plus puisque la mécanique du jeu est encore plus simplifié ce qui rend le jeu plus linéaire. Ensuite, nous avons le fâcheux problème de DRM (protection antipiratage) et un légion des petits DLC (dont pas mal à acheter) ce qui diminue l’impression générale sur le jeu (Je déteste le besoin de se connecter au moins une fois à l’Internet pour continuer à jouer en solo).

 

Mass Effect 2 a ralenti le rythme et l’envergure de l’histoire principale en laissant la place plus à l’exploration et des quêtes secondaires, mais avec un niveau de non linéarité insuffisant qui serait nécessaire dans ce cas (comme il c’était fait dans Fallout 2 par exemple). Pire encore, même la quantité de monnaie en ME2 est limitée ce qui rend difficile d’acheter les mises à niveau des armes. Puis nous avons des niveaux de jeu … oui, ils ont été améliorés, oui, tous les quêtes secondaires ont des niveaux spécifiques conçus rien que pour eux, mais souvent des quêtes et leurs niveaux sont assez petits.

Général

Dans ME2 Bioware a montré qu’ils ont encore leur capacité de conception artistique, malgré leur Dragon Age : Origins qui m’a fait en douter un peu. Mais le monde du jeu de Mass Effect a montré que Bioware a encore beaucoup de bonnes choses cachées dans sa manche … car forte heureusement l’équipe qui s’occupe de ME2 a été différente de celle qui s’occupe de la franchise Dragon Age ! ouf !

 

C’est un jeu à jouer absolument en conjonction avec son prédécesseur (et le successeur sous la réserve de modification de la fin).