Dragon Age Origins n’est pas un Baldur’s Gate III

Avantages: La magie Biowarienne

Inconvénients: La consolisation, ce n’est qu’un ombre de Baldur’s Gate

Note:

Plateforme: PC-Windows

 

Dragon Age: Origins est censé d’être une suite “spirituelle” de Baldur’s Gate. C’est un jeu de rôle CRPG en style occidental. Est-ce que Dragon Age Origins arrive à respecter la légende de son parrain ? Euh … je ne pense pas malgré des nombreux avantages de ce jeu.

 

Ici je poste uniquement une esquisse d’un avis complet. Je me suis concentré plus particulièrement sur l’histoire du jeu qui est assez représentative de tous les autres caractéristiques du jeu.

 

Dans Dragon Age on poursuit l’histoire de « Gray Warden » qui doit organiser la résistance contre une terrible maladie qui décime les gens et qui change certains entre eux en monstres. On doit découvrir l’origine de ces monstres et les battre.

Ce qui est bien dans l’histoire

Dragon Age: Origins est décrit comme Dark Fantasy et il est effectivement plus sombre que des jeux précédents de BioWare. Il est plus sombre que BG2 mais peut-être au même niveau que BG2 ToB. Concernant l’histoire principale nous ne sommes pas un autre sauveur de la planète, mais un personnage tout à fait normal qui est balayé par des événements … c’est au joueur de diriger le destin de son protagoniste.

 

Le résultat du jeu, les fins dépendent sur le nombre des quêtes secondaires qui ont été effectués par le joueur,sur les PNJ qui ont été recrutés et comment ils ont été traités tout au long du jeu. Le jeu donne la motivation pour le rejouer avec un autre personnage ou en faisant d’autres choix pour différentes quêtes secondaires. C’est en quelque sorte semblable à des jeux tels que Fallout (la fin dépendait des quêtes qui ont été faites tout au long du jeu).

 

Plusieurs origines qu’on peut choisir pour le protagoniste en début de jeu donnent une meilleure explication du caractère de personnage principale et mettent en place certains éléments de scénario et l’ambiance. On a vraiment l’impression de faire des vrais choix. Dans les jeux précédents le choix de la classe / race impacte à peine un choix des caractéristiques numériques de personnage et parfois il peut avoir un impact sur les dialogues. Dans Dragon Age: Origins ce choix est fondamentale (quoique que je mentionne dans les points négatifs que Bioware ne va pas assez loin dans son démarche)

Points moins glorieux de l’histoire

La non linéarité initiale acquise par différentes origines / classes qui commencent différemment l’histoire ne va pas assez loin dans le milieu et la fin du jeu, malgré plusieurs fins de l’histoire. L’impact de protagoniste sur le monde du jeu à la fin est assez limité. Mon impression générale est que j’ai été trompé par ce jeu: à la fin je n’ai pas senti d’un aboutissement de quelque chose, aucune satisfaction, je n’ai appris pas beaucoup des nouveaux choses, je n’étais pas vraiment ému par DAO … je me suis senti déçu par le quête principal du jeu, même avec toutes les sa non linéarité initiale.

 

Ce Dragon Age est en effet plutôt un prélude pour la vraie jeu qu’une histoire principale. Pour l’instant cette histoire n’a pas été poursuivie par Bioware, car les autres jeux et adons de série ne font pas beaucoup d’allusion au premier Dragon Age. Pour l’instant je considère que DAO est jouable un seul fois avant l’ennui. En même temps DAO est un jeu très long et si on fait tous les quêtes on peut passer facilement 120 heures en jouant.

Autres Avantages

Dragon Age: Origins a effectivement apporté du sang neuf dans le CRPG fantasy. Il m’a donné quelques impressions de tous les excellents moments que j’ai passé avec la série Baldur’s Gate. Déjà, vu la vieille bonne vue isométrique, le gameplay comme dans BG je me suis senti chez moi, mais cette fois dans la vue 3D complète qui peut être tourné en 360 degrés. Alors nous obtenons une grosse dose d’artisanat Biowarian solide : les quêtes, dont certaines quêtes secondaire assez complexes (typiquement ceux d’Orzammar!), des PNJ assez profonds, certains avec des romances rappelant les bons moments de la Baldur’s Gate 2, des tonnes de dialogue bien écrit, le monde de jeu approfondi au travers des livres qu’on peut trouver dans le jeu, quelques batailles intéressantes, etc.

 

Fonctionnellement J’ai aimé certaines fonctions, telles que les sorts combo qui sont le produit de l’utilisation en même temps de plusieurs d’autres sorts. Les effets de l’utilisation de la magie de bataille sont excellents, les animations sont très bien réalisées. Ca fait plaisir de les regarder …

 

Le monde de jeu est assez grand pour nous occuper quand même pendant une bonne centaine d’heures.

 

Les effets graphiques et animations des sorts sont très beaux.

Autres Désavantagés

Le sang de Dragon Age: Origins est un peu pourri quand même et on ne peut pas l’ignorer: déjà l’impression générale de jeu c’est qu’on joue en version adoucit de Baldur’s Gate 2. Il y a moins des endroits à explorer, de voir et même en termes de quêtes il y a moins de quêtes épiques, importants, les quêtes des PNJ sont plus courts.

En terme de graphisme je trouve DAO moins intéressant et inspiré que Baldur’s Gate 2 (déjà la ville d’Athcatla dans BG2 est elle-même beaucoup plus grande que la ville de Denerim de Dragon Age, je ne mentionne pas la ville de Baldur’s Gate elle même qui a été beaucoup encore plus grande… J’ai passé des heures à explorer une seule zone, car il y avait tant de choses à faire et à voir, à lire, etc.). Denerim peut être comparé peut-être pour Trademeet ou Beregost de BG2 et même à peine car il y a la bas des fausses portes que je déteste (bâtiments qui servent uniquement pour la décoration et qu’on ne peut pas explorer).

 

Le jeu m’a trompé en quelque sorte: il est censé être non linéaire dans certains aspects importants. Par exemple dans le jeu politique et de l’influence des différentes factions du jeu le joueur ne peut pas prendre le contrôle sur les événements à la manière réaliste. Par exemple on ne peut pas finir avec la domination humaine et l’église dans Ferelden … et le remplacer par un autre régime qui serait plus compatible avec son origine ou de classe (pouvoir des elfes, magocratie, ou encore des nains ou les puissances extérieures). Le concurrent direct de DAO a résolu beaucoup mieux ce type de problèmes : Mass Effect permet de prendre les décisions très sérieuses et donne beaucoup plus de liberté. Dans Dragon Age le régime humain est intouchable, non humain ne peut pas devenir le roi ni par l’usurpation militaire ni par le mariage ou négociation. Les mages de DAO seront toujours des marionnettes de l’église qui garde la main sur eux grâce aux templiers et les Elfes seront toujours des serviteurs des humains.

Concernant le gameplay, j’ai été déçu par la consolisation : notamment limitation aux 4 membres d’équipe ce qui diminue l’aspect stratégique du jeu. Et ainsi on a moins de la l’occasion pour faire des batailles épiques, on n’a pas des formations de combat, des faibles capacités d’invocation, le fait que les sorts sont traités comme des compétences donne au final le choix très limité d’entre eux.

 

En terme d’apprentissage des sorts on est en pleine régression : la série BG permettait d’apprendre les nouveaux sorts et de s’en débarrasser si on voulait, ici on a les sorts qui sont traités comme des capacités de personnage, donc on doit apprendre un tas des sorts inutiles pour arriver à ceux qui sont utiles.

 

Le réalisme en termes d’interaction du monde de jeu est assez faible, encore une fois tout est dans les détails ; par exemple : pourquoi on ne peut pas utiliser les coffres et autres contenants pour stocker nos objets ? Je suppose que cela a été fait de cette façon afin que EA puisse encaisser l’argent pour le DLC qui a un coffre dans lequel le joueur peut stocker ses objets. Scandaleux ! Le joueur ne peut pas faire plein d’autres choses qu’on pourrait faire dans le BG. J’aimais par exemple d’ouvrir des portes et containers en utilisant des épées dans BG – ce n’est pas possible dans DAO. Dragon Age n’a même pas de cycle du jour et nuit. C’est une complète régression.

 

Le système de gain d’expérience est mauvais, très mauvais, car il est en quelque sort non valorisant : on peut tuer un ennemi facile pour ~ 100exp et beaucoup plus tard dans le jeu, pour l’ennemi beaucoup plus fort nous recevons aussi ~ 100exp.

 

Le problème similaire concerne de l’argent. Il est vraiment difficile de devenir riche dans ce jeu, on doit voler des centaines de PNJ de petites sommes et quantités des objets, on doit tuer des dizaines / centaines d’ennemis; d’autant plus que toutes les rencontres dans le jeu semblent être préprogrammées en quantité d’argent et d’expérience. Donc l’argent dans le jeu est limité, et la liberté de personnage principale aussi.

Conclusion

Aussi je trouve que depuis Baldur’s Gate 2 Bioware n’a pas innové beaucoup … le fait que l’histoire a plusieurs débuts assez différents est sympa, le nouveau monde de jeu est authentique est très agréable. Le graphisme est pas mal, mais insuffisante pour DAO pour devenir le jeu légendaire.

 

DAO m’a laissé avec des sentiments mitigés, mais ils sont globalement positifs … si on ne compare pas ce jeu avec Baldur’s Gate 2. Ce jeu n’a pas pris la place de Baldur’s Gate, Fallout ou de Planescape: Torment dans mon cœur de gamer.

 

Est-ce que je vous conseille ce jeu ? Oui, malgré ses défauts il reste un bon jeu de 3 étoiles. Ceci dit si vous avez à choisir entre ce jeu la ou d’autres jeux de type « Mass Effect » par exemple, il est plus intéressant de choisir plutôt l’autre jeu (Dragon Age demande beaucoup de temps).