Le Corporationisme, la définition

Voici mon premier essai pour définir ce phénomène de dernières années…

 

C’est un système économique, politique et social basé sur les monopoles et oligopoles des sociétés multinationales. Le caractéristique principale semble être une relative indépendance de ces sociétés de pouvoirs politiques traditionnelles (et la dépendance de ces derniers sur les corporations). Elle s’exprime par le chiffre d’affaires d’une société dépassant celui des pays. Certaines de ces sociétés ont les chiffres d’affaires qui dépassent le produit national brut de certains pays moyens, comme la Pologne.

 

D’autre caractéristique est liée à leur virtualisation : ces sociétés ont peu des manifestations physiques, telles que les usines, l’infrastructure, etc. Leur activité est basé sur la détention et la contrôle d’information ainsi que sur la contrôle des fonds financiers très importants (qui eux-mêmes sont l’information, les enregistrements électroniques) et leur dérivés encore plus virtuels (notamment les actions, les fameux stock options).

 

D’autre part les sociétés détiennent les propriétés intellectuelles et les exploitent sans pitié. Ceci consiste typiquement de retarder l’apparition de certains innovations sur le marché pour épuiser le potentiel commercial de leurs produits précédents (faire payer maximum aux clients) avant de proposer un produit un peu changé et avec minimum d’investissement. Des vraies ruptures technologiques sont proposées rarement. Pour satisfaire cette besoin, les achats hostiles des sociétés innovants (avec leur IPR) sont un outil de choix, d’autre méthode consiste d’exploiter tous les failles de droit de la propriété intellectuelle pour empêcher une éventuelle concurrence d’apparaître (par exemple de démontrer qu’une technologie breveté a été utilisé, que le copyrights ou trademark ont été utilisées). Comme les sociétés de ce type ont un énorme poids financier, leur lobbying politique dans différents pays a tendance d’être efficace, donc les lois commerciales ou ceux concernant la propriété intellectuelle changent selon le souhait de ces sociétés qui agissent mondialement.

 

En grandissant ces sociétés essayent à la manière pervertie de protéger leurs existence : les pays ne peuvent plus se permettre de la faillite d’une société aussi grande sous risque de causer la crise profond dans tous les domaines de vie, donc ils organisent les programmes d’aide… comme c’était le cas après la crise de 2008. La croissance continue n’augmente pas seulement leur puissance mais améliore également la structure des comptes présentés aux actionnaires (donc le fameux « goodwill » des acquisitions).

 

Et enfin une cerise sur le gâteau à ne pas oublier : ces sociétés ne sont pas gérés à la manière démocratique mais autocratique. L’augmentation de leur pouvoir diminue le contrôle des citoyens sur leurs vies.

 

Le corporationisme peut être comparé au féodalisme avec une différence : la commodité n’est plus la terre mais l’information.

 

Le corporationisme est une anomalie majeure de système capitaliste d’aujourd’hui. Ceci a été corrigé déjà une fois dans l’histoire quand les grands monopoles ainsi que les cartels ont été détruits par la puissance politique. Aujourd’hui on s’approche de même situation : soit la puissance politique sera capable de ramener ces organismes à leur place ou ils vont prendre la pouvoir politique dans leurs mains. Dans ce dernier cas nous allons entrer dans un période de néo-féodalisme qui se finira comme d’habitude… par une révolution.

 

Les exemples du corporationisme :

 

          Sociétés des jeux vidéo qui imposent une législation musclé ‘anti-piratage’ tout en imposant des mesures de contrôle de leurs clients (dont le fameux « Digital Rights Management », exigeant la connexion continue sur internet pour utiliser leurs produits).

          Sociétés d’audio visuel qui supportent également les lois anti-piratage tout en imposant des mesures empêchant les clients d’acheter leurs produits dans les autres pays et continents (ou potentiellement les prix peuvent être plus intéressants – typiquement des zones des DVD – nous ne pouvons pas facilement lire en Europe un DVD acheté aux USA ou en Japon)

          Sociétés pharmaceutiques qui limitent la production des médicaments génériques moins chers en cherchant des failles légales pour prolonger leur contrôle sur la propriété intellectuelle

          Sociétés de biotechnologie introduisant des OGM et faisant de lobbying pour interdire aux particuliers d’utiliser d’autres graines que ceux vendus par les corporations des OGM (ces graines donnent les récoltes non fertiles)

          Sociétés de l’énergie, pétrole, le complexe militaire (ceux-ci sont des classiques)

          Les fonds d’investissement qui fonctionnent uniquement sur la base de spéculation financière à tout prix avec les objectifs de court terme de profit. Ces sociétés pratiquent l’ingénierie financière très agressive (typiquement le jeu sur la bourse de très haute fréquence – trading automatisé par les ordinateurs)