la France liberticide

Une dérive liberticide en France

La politique liberticide mené par des lois, des arrêtes préfectorales, l’utilisation du 49-3 en situation d’impopularité publique c’est le danger pour la France: Les socialistes sont impopulaires. La loi de travail proposée est fortement inspirée par les mesures préconisés par la droite et MEDEF. Cette situation est en dissonance très nette avec les promesses faites par le Président François Hollande et son gouvernement.

D’autre coté, la droite, Les Républicains avec le programme très libérale, sans aucune doute aura du mal à convaincre le salariat à ses idées, soit une partie significative des électeurs français, et des propositions vont bien au-delà des propositions du PS en proposant beaucoup plus de dérégulation du droit de travail ainsi que des avantages aux plus riches (suppression d’ISF, etc.) …

En même temps le FN promet à tout le monde ce qu’ils veulent entendre, sans pour autant justifier son programme, qui du coup est complétement irréaliste. A ceci s’ajoute évidemment la couche idéologique de l’extrême droite, qui n’a pas disparu.

2017 va être chaud: si on n’a pas de chance la France sortira de virage dans l’abime brune.

Espérons que les Français ne vont pas vouloir massivement de « tester » le FN sur ses promesses … ce risque devient de plus en plus grand, compte tenu de la virage des sociétés civiles en Europe depuis quelques années.

En attendant des socialistes commettent des erreurs de négligence: c’est aussi bien une tendance en France et qu’en Europe plus généralement. Le monde se radicalise actuellement, et des limites nouvelles sont franchies chaque jour, d’ailleurs en grande partie à cause des erreurs des dirigeants de la « vieille Europe ». Maintenant je prends impression qu’ils sont débordés, dépassés par les événements et commencent de réagir par la répression. Ils donnent ainsi la légitimité aux mouvements plus extrémistes, car il sera difficile à la PS de dire qu’elle est propre dans ce genre d’histoires face au Front National. Les incapables donnent la munition électorale à l’extrême droite.

Le fait récent d‘interdire à certains militants à manifester par la préfecture (donc émanation de pouvoir exécutif) sans une condamnation judiciaire et sous un « soupçon » est un délit très grave contre « l’état de droit » de la part de pouvoir politique. On utilise une disposition, l’état d’urgence, prise dans le cadre de la lutte anti-terroriste, pour supprimer de manière arbitraire un droit constitutionnel et irrévocable. Ces interdictions concernent notamment le journaliste-photographe qui aurait documenté des délits de la Police pendant les manifestations de « Nuit debout ». Dans un paquet avec la directive « secret d’affaires », c’est encore un autre signe d’une marche arrière concernant la liberté d’expression et liberté de la presse en France et en Europe.