This War of Mine

This War of Mine, un jeu militante

Avantages: ambiance, interactivité, engagement caritative et militante du jeu

Inconvénients: très courte, assez petite, absence d’une histoire avec une narration

Note: 7/10 (conseillé)

Plateforme: PC

 

This War of Mine sur PC aborde la guerre. Un thème existant depuis toujours dans notre civilisation. Cette fois ci, plutôt que de jouer un soldat, le joueur se mets dans le rôle d’un groupe de civils qui tentent de survivre. Le jour, il faut protéger son abri de snipers, la nuit, il faut partir à la recherche de nourriture.

This War of Mine

Le jeu est réalisé par le studio polonais 11 Bit Studios. Et première originalité, le jeu a une vocation humanitaire, car le studio a décidé de faire profiter de l’exposition médiatique du titre à l’association humanitaire « War Child », dont le logo est présent dans les menus du jeu. Par ailleurs il est possible d’acheter un DLC avec un prix variable de 0,99€, 9,99€ et 19,99€ qui contiennent des tags de street art réalisé par des artistes pour le jeu et les sommes différents servent à payer pour le même DLC, qui finance l’association.

L’histoire et le sens du jeu

C’est un jeu de survie sur fond de conflit armé, centré non pas sur les soldats, mais sur les populations civiles prises entre deux feux et sur leur combat quotidien pour exister. This War of Mine ancre sa proposition dans la guerre civile qui fait rage à Pogoren, capitale fictive d’Ultraznavie (inspiré par le siège de Sarajevo). Dehors, les affrontements font rage et les snipers sillonnent les passants imprudents. En attendant un cessez-le-feu qui n’arrivera peut-être jamais, des gens se regroupent dans les maisons détruites : la façade de la demeure de nos héros a été largement détruite par les tirs d’obus, certaines ailes sont condamnées par les éboulements et des échelles de fortune remplacent les escaliers. Mais tout ceci peut être amélioré avec un peu de courage et d’effort.

Le jeu n’a pas une trame d’histoire principale, ni des quêtes, s’agissant uniquement de faire survivre le groupe des gens jusqu’au cesse feu.

 

Gameplay

Le gameplay ressemble à un mélange des Sims pour la commande du jeu et de Deadlight par le fait d’utiliser une vue 3D de style « scroller » 2D.

This War of Mine

On sélectionne un à un nos survivants (représentés à l’écran par des portraits de développeurs) et on les envoie accomplir leurs tâches. Le système des menus, des inventaires est très intuitif et classique pour la plupart des jeux d’action aventure et jeux de rôle CRPG. Chacune des personnages a son journal avec ses réflexions et son histoire en plus de son biographie et courte description.

L’inventaire classifie des objets par type et la plupart des objets peuvent être empilés dans une case jusqu’à une certaine quantité (en style « Baldur’s Gate »).

This War of Mine

Sur la carte du jeu on trouve des informations sur le pourcentage déjà looté de chaque endroit et les types de ressources encore enfouies dans les différentes zones.

This War of Mine

Le radio a son propre interface permettant le régler et lire des messages passées.

Interactivité du monde de jeu

Nos personnages peuvent faire les fonds de tiroir à la recherche des matériaux. Déterrer le passage barré par les piles des déchets, casser les barricades sur des portes ou encore construire différentes moyens de fortune pour fabriquer d’autres ressources nécessaires pour la survie.

Nos créations artisanales peuvent être de plusieurs types : des consommables détruits après une simple utilisation, des matières premières ou encore des outils.

Des consommables sont stratégiques pour la survie car ils incluent de la nourriture, de l’eau, des médicaments, des balles aux armes à feu ou différentes produits intermédiaires.

Des matières premières et produits intermédiaires servent souvent à la création de ces consommables (de type pièces électriques, du bois, des légumes, de l’eau, des herbes, etc.) avec une assez grande diversité.

This War of Mine

Finalement des outils permettent d’accélérer certaines taches (une pelle pour déterrer le passage plus rapidement) ou de donner l’accès aux nouveaux endroits (pied de biche pour ouvrir des portes fermés) ou encore servir comme des armes (les armes à feu, gilets pare-balles y incluses).

La survie est dure : Même la plus sommaire des cuisines nécessite l’utilisation d’eau, l’une des nombreuses denrées rares à Pogoren. Récupérer l’eau de pluie peut se faire par une des aménagements à construire ou encore en fondant la neige quand celui-ci est disponible en hiver. Il faut aussi fabriquer un filtre à usage unique, ce qui ajoute la difficulté. Derrière chaque action simple en apparence, le jeu dissimule des étapes à la fois gourmandes en ressources et en temps.

This War of Mine

Pendant les phases diurnes le joueur peut décider de construire un certain nombre des aménagements interactifs servant au confort des survivants (lits, fauteuils) et leur survie (une poêle pour l’hiver, une cuisinière, différentes ateliers pour la production des médicaments, élevage des légumes, piège aux rats et production des outils et des armes), ou encore pour la production de marchandise pour faire du troc (production de l’alcool de contrebande, des cigarettes). Il y a aussi des éléments améliorant le morale : une guitare, le radio, qui donne l’info sur les évènements autour, sur le météo ou encore les émissions avec la musique.

This War of Mine

Parfois les visiteurs se rendent à la maison : ceux-ci peuvent être des gens en détresse, demandant l’aide (des médicaments, de la nourriture ou d’autres objets, mais aussi de l’aide dans une tache, qui occupe le temps de membre de notre équipe le rendant indisponible). Certains personnages qui viennent souhaitent se joindre à l’équipe de joueur. Un système très rudimentaire des dialogues permettent d’accepter ou rejeter les propositions faites par ces personnages.

Il y a aussi des marchands de troque. Le système de marchandage est par ailleurs rajouté selon conditions du jeu, où certains biens deviennent plus chers en cas de pénurie. On peut en prendre la connaissance des biens en pénurie en utilisant le radio.

Le jeu passe en semi-temps réel, au rythme de dix minutes du temps de jeu toutes les quatre ou cinq secondes. La nuit arrive vite …

Les phases nocturnes du jeu offrent une interactivité modifiée : un personnage peut partir à explorer les environs et peut utiliser des armes, et outils s’il en possède, pour tuer un antagoniste, pour ouvrir une porte bloqué ou encore déterrer le passage avec une pelle. L’exploration est aussi importante que l’infiltration, avec des cônes de vision, la propagation du son en cercles concentriques, des coups d’œil par la serrure et des cachettes permettant à se cacher d’autres personnages. Ces possibilités d’infiltration permettent aussi de tuer un autre personnage depuis la cachette ou encore de se couvrir derrière un autre objet. Pas tous les personnages ne sont hostiles, certaines veulent plutôt marchander, si on dispose des produits à troquer.

This War of Mine

De manière générale, il n’est pas bon d’affronter d’autres PNJ comme des groupes de déserteurs ou de bandits surarmés. C’est jouable avec un peu d’équipement et une bonne maîtrise des couverts, du backstab et des diversions avec un risque important de l’échec. Sachant qu’il n’est pas possible de sauvegarder la progression du jeu, la perte d’un membre d’équipe est définitive dans la partie (une seule solution autour de ceci c’est de sortir du jeu par ctrl-alt-del et tuer le processus pour ne pas laisser le jeu sauvegarder l’état en passage au jour suivant). Ensuite, en cas des blessures il faut pouvoir soigner notre héro à la maison.

This War of Mine

Dans l’ensemble un élément important du jeu et de sa force c’est une existence à la balance de l’échec : on arrive à assurer un type de ressource pour ensuite manquer d’un autre ou encore subir des conséquences d’une négligence : l’équipe peut être bien nourri, assez saine et sauve, mais en complète déprime, ce qui l’empêche de fonctionner, voire même conduit à la suicide ; ils peuvent mourir de faim, des blessures ou de la maladie. La contrôle et maintien de l’équilibre d’état des membres du groupe est la base de progression dans ce jeu.

This War of Mine

Les personnages

Les personnages de l’équipe du joueur ont chacune des particularités et des histoires personnelles retracés par leurs monologues et par ce qui est écrit dans leurs biographies.

This War of Mine

Les habitants rencontrés par les personnages de joueur peuvent varier entre les autres civils, bandits, similaires au personnage du joueur ou encore des militaires. Leurs réactions peuvent être plus ou moins hostiles : certaines demandent de l’aide, d’autres veulent marchander, d’autres encore vont tirer à vue. Certains ont leurs histoires exprimés par des monologues annoncés en texte sur leurs têtes (de façon de la série « Fallout » d’Interplay)

Aider un citoyen en détresse ouvre parfois l’accès à de nouvelles endroits, fournir des objets en plus aidant dans la survie, mais avant tout faire des bonnes actions permet d’améliorer le moral des membres de l’équipe. Ils ont tous leur caractère, leurs faiblesses (certains sont par exemple plus enclins à être malades, blessés, avoir moins de la résistance contre le stress, d’autres peuvent entrer en conflits avec certains membres de l’équipe) et les forces (capacité d’emport, une capacité de faire une action précise – par exemple cuisiner pour dépenser moins de l’eau, etc.).

Le jeu offre des nombreux dilemmes moraux ou la confrontation directe aux conséquences des actes choisis par le joueur : son équipe est en train de mourir de la maladie ? Il peut voler des médicaments dans un hôpital, mais son équipe en prendra un coup de morale. On s’introduit dans une maison des vieillards faibles ? On peut leur voler tous leurs biens sans difficulté, mais au risque de laisser ces gens à mourir de faim et de subir des revers de morale d’équipe. Les réactions des membres d’équipe sont très variés, certaines approuvent des actions très calculatrices et amorales, d’autres les condamnent.

This War of Mine

Chaque caractère est défini par des statistiques secondaires, volontairement cachées au joueur pour faire de chaque partie un terrain d’expérimentation. Ceci concerne la stabilité mentale, le rapport à la violence, mais aussi des addictions diverses. En cas de coup dur, un fumeur fumera plein des clopes pour passer le temps. D’autre va boire du café ou lire des livres. Encore d’autre va picoler tout ce qu’il peut pour cacher la voix de sa conscience.

Les capacités des personnages ne peuvent pas être modifiées, développés pendant la partie du jeu, mais des blessures et maladies peuvent réduire la capacité du mouvement de ces personnages temporairement

Style et ambiance du jeu

Graphiquement le jeu est réalisé en vue de côté 2D comme dans les vieux scrollers. Ceci ressemble à une maison de poupées flambée au chalumeau, la turne et ses pièces crayonnées en gris se détachent d’un bordel flou où gisent les carcasses de tanks et les immeubles abattus. Le style des bâtiments, des tramways détruits, des immeubles postcommunistes font penser fortement de l’Europe de l’est et de ses pays Slaves de type ex Yougoslavie, Pologne ou encore l’Ukraine en moindre mesure.

This War of Mine

Les couleurs choisis, les ombres, et les lumières donnent une atmosphère particulière, propre du style d’autres jeux réalisés dans les pays slaves … notamment la série ukrainienne « Stalker », mais aussi des « Witcher » polonais. Un certain mélange de baroque sombre, romantique et mystérieux. Et là où on retrouve des personnages ce style devient plus chaleureux ou encore plus froid et rempli avec des émotions, jamais indiffèrent, comme dans certaines jeux stériles et génériques. L’empathie marque assez fortement ce jeu.

Enfin la musique du jeu est très bien choisie dans l’équilibre entre la musique classique ou le rock psychédélique du radio, des morceaux de la guitare jouée par des personnages du jeu et la musique ambiante sombre et tant tôt appelant au désespoir, ou encore à la tension en infiltration

Durée de vie

Les endroits, qui pourront être visités sont assez limités ; il en a 28 en tout dans la version de base du jeu. Le jeu offre une quinzaine d’heures du Game Play pour une partie. Il n’y a pas la génération procédurale des niveaux, mais uniquement certaines variantes, qui changent d’une manière aléatoire, comme les objets, qui sont trouvés varient d’une partie à l’autre ; au cours de partie un hiver violent peut fermer l’accès à certains quartiers en plus d’introduire le facteur froid, les hausses de criminalité ainsi que les fluctuations de l’offre et de la demande sur le marché noir.

Le jeu dispose d’un éditeur de scénarios permettant de configurer les spécificités de sa partie, des membres du groupe à la durée du conflit en passant par les conditions météo, etc. Un éditeur de personnages offre la possibilité de créer son propre équipe, en leur attribuant un look, une biographie et même une photo.

 

Conclusion

 

This War of Mine propose un regard diffèrent sur le conflit armé et ses héros ; sans pour autant faire des sermons du morale pour en passer quand même quelques messages. C’est du « survival » sans « horror » tout en étant axé sur l’exploration et l’infiltration. L’ambiance est profonde et de fait j’ai trouvé ce jeu très reposant.

Seul dommage que le jeu offre une expérience plutôt courte et d’usage assez limité par son monde restreint et absence d’une histoire à suivre plus complexe que juste « survivre ».

A essayer inconditionnellement !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *