Dragon Age 2, un jeu « exemplaire » sans âme

Avantages: techniquement bien réussi
Inconvénients: ne fait pas rêver, manque d’immersion, une corvée répétitive
Note: 6/10
Plateforme: PC-Windows

Dragon Age 2 est un jeu de rôle de type Action CRPG fait par le studio Bioware, connu pour des jeux classiques, comme par exemple Baldur’s Gate ou Knights of the Old Republic. Ce jeu est la suite, comme indiqué par son numéro du jeu Dragon Age : Origins et son addon, Awakening.

Techniquement parlant, DA2 est un jeu dans lequel nous gérons une équipe des 4 personnages dans les batailles tactiques en vue de 3eme personne. Nous explorons le monde du jeu en abordant dans la discussion des personnages non jouables et en cherchant des trésors dans les donjons, maisons, entrepôts, etc.

Dans cet article je veux donner mon avis sur ce jeu qui a relevé beaucoup de controverse après sa publication.

 

DragonAge2 ca cest lesprit

Ca, c’est de l’esprit d’aventure !

Le contexte de l’histoire du jeu

Dragon Age 2 prend la place dans un monde original, de type fantasy, qui était introduit dans le premier jeu (Dragon Age : Origins). Ce monde du jeu est complété avec des nouveaux informations ; nous apprenons sur ce qui se passé quelques années après les événements de DA :O. Cette fois-ci, la plupart de l’histoire se déroule dans un autre pays, et n’est pas directement liée aux événements de DA :O, bien que le jeu commence quand même au pays de Ferelden, qui était le théâtre des événements de DA :O.

 

DragonAge2 On appelle Dragon Age

Oui, il y a des dragons dans le Dragon Age 2 …

 

Le personnage principal, Hawke, fuit Ferelden avec sa famille quand les darkspawn et le blight attaquent leur village de Lothering ; Hawke paie pour un voyage à l’étranger pour éloigner sa famille de la catastrophe. Il se retrouve dans la ville de Kirkwall au nord du Ferelden, où se déroule quasi-totalité du jeu.

En terme de narration, le jeu est stylisé à une histoire raconté par une des personnages du jeu qui ont assisté Hawke dans son quête. Le nain Varric est interrogé par un templier sur le sujet de « Champion de Kirkwall ».

Qui est tu ? Le personnage principal

Contrairement au jeu précédent, dans le Dragon Age 2 la race de personnage principale est imposée : nous pouvons jouer uniquement avec un humain. Même si ceci limite la liberté du joueur, cette limitation a un sens, car elle permettait aux créateurs du jeu de maitriser tous les choix toujours possibles. Nous pouvons quand même choisir le sexe et la classe (parmi 3 existants : mage, voleur et guerrier). D’un part, tous les dialogues sont enregistrés avec des vrais acteurs et d’autre part le choix de la classe modifie les réactions d’autres personnages à notre personnage d’une manière plus détaillé.

 

DragonAge2 Cutscene impact classe

 

L’utilisation du nom « Hawke » permet de s’affranchir de problème de prénom de personnage dans les dialogues enregistrés (tous les personnages utilisent le nom dans leurs dialogues vers notre personnage principale) ; nous pouvons quand même librement choisir le prenom pour notre confort (pas d’incidence sérieuse sur le jeu)

Ensuite, nous pouvons choisir, modifier à une manière assez détaillé le look de notre personnage (coiffure, couleur des yeux, forme de visage et corps, couleur de peau)

Où vas-tu ? L’histoire principale

Comme nous pouvons le voir ci-dessus, le début est assez classique pour un jeu heroic fantasy. En jouant, nous découvrons quand même une histoire inhabituelle pour le genre. En effet, il ne s’agit pas de sauver la planète ou le monde, mais juste de vivre la vie de Hawke. Ceci a quelques incidences sérieuses : Hawke n’est pas un héros épique, juste un homme/femme normal(e) qui veut faire sa vie à Kirkwall. Le personnage principale est impliqué dans les différents quêtes un peu malgré lui, mais souvent à la suite de ses propres aspirations (par exemple : au début un grand objectif est de sortir de la misère de vie d’un refugiée, plus tard, c’est de gagner une bonne position sociale dans la ville de Kirkwall).

Le jeu consiste de 3 actes, sépares temporellement (après la fin de chaque acte se déroule un certain temps). Ils montrent 3 épisodes importants dans la vie de Hawke.

Sur le papier, ce que j’ai dit ci-dessus semble être une idée originale, sortant des chemins battus par des innombrables héros éphémères qui ont sauvé le monde dans les périodes de temps assez restreints.

Malheureusement, l’histoire de Dragon Age 2 ne fonctionne pas bien. En jouant, nous nous rendons compte que le jeu manque d’un objectif clair pour le joueur. J’ai eu le sentiment de jouer une collection incohérente des quêtes, où je ne comprenais pas le but final (celui-ci étant clairement expliqué uniquement à la fin du 3eme acte) – ceci n’était pas très motivant.

La séparation temporelle entre les actes saccade le flux de l’histoire : elle coupe le déroulement des événements brusquement et le potentiel de mobilisation du joueur, son potentiel émotionnel est quelque part « gaspillé ». D’autre part, nous ne voyons pas du tout changement « physique » du monde de jeu suite à nos actions dans l’acte précédent (les niveaux de jeu ne changent pas), même s’il y a une incidence de nos choix dans les dialogues des personnages.

Le fait que le jeu se déroule sur un terrain assez restreint (ville de Kirkwall et ses environs) n’aide pas à réveiller l’intérêt pour une histoire pas héroïque, car nous ne pouvons pas explorer beaucoup de monde du jeu et choisir notre voie dans le monde du jeu.

Je peux donner deux exemples des bonnes histoires à comparer avec DA2 :

– les histoires des héros héroïques qui voyagent, explorent beaucoup, comme Shepard dans Mass Effect ou encore le héro de Baldur’s Gate – leurs aventures font rêver des joueurs, car c’est quelque chose que les gens ne peuvent pas faire dans la vie réelle.

 

– les histoires des personnages communes, des gens normaux, qui peuvent devenir les héros par leur persévérance dans un monde libre ; c’était typiquement le cas dans les jeux The Elder Scrolls (Morrowind, Skyrim) ou encore plus dans la série Fallout. Ici, ce sont des opportunités de faire plein des choses dans un monde virtuel, inhabituel qui permet aux joueurs de se réaliser.

Dragon Age 2, n’offre ni une aventure épique, ni un monde ouvert, libre, donc il cumule en quelque part des défauts de ces deux types du jeu.

Je l’avoue : malgré la richesse des quêtes secondaires, des dialogues et personnages dans le jeu, je me suis ennuyé à la fin avec Hawke dans sa petite ville. Le personnage de Hawke n’aide pas non plus : la plupart de temps ses dialogues ne sont pas très intéressants, et ce que lui arrive non plus.

Au travers de ses quêtes secondaires et une partie de la trame principale, le jeu fait l’impression d’être non linéaire jusqu’à la fin… où il devient complètement linéaire et annule le potentiel de plupart des choix faites par le joueur. La conclusion du jeu est identique dans tous les cas, peu importe le choix fait par le joueur. La seule différence concerne des éléments plus détaillés (typiquement si le personnage principal est avec d’autre personnage qui était romancé tout au long du jeu et comment certains conflits ont été résolus pour les habitants de Kirkwall). Ceci diminue quand même fortement la potentielle rejouabilité du Dragon Age 2.

Les personnages et dialogues

Dragon Age 2 contient centaines des personnages avec qui nous pouvons discuter pour aboutir des quêtes, développer des relations. Nous les trouvons un peu partout dans le jeu et ils ont tous le dialogue enregistré

Le dialogue lui-même est plutôt non linéaire, car il dépend des options choisis tout au long du jeu. Si Hawke répond souvent à une manière humoristique/sarcastique, il/elle va adopter ce style dans plupart de ses conversations ; 3 styles sont possibles dans le jeu : gentil, agressive et humoristique) ; d’autre part les choix faites lors des quêtes ou même le fait de commencer une quête donnée peut modifier les réactions des autres personnages. Enfin, si le joueur a utilisé une sauvegarde de Dragon Age : Origins pour commencer Dragon Age 2, les choix faits dans le jeu précédents ont une certaine incidence sur les dialogues, les détails de l’histoire

Par contre la qualité de dialogue est très variable : dans certains cas c’est une bonne expérience, dans les autres : c’est oubliable. J’avoue que je n’arrive pas de me rappeler beaucoup des dialogues significatifs qui m’ont vraiment marqués.

Des voix enregistrées pour des personnages sont passables, ni bons, ni mauvais, dans l’ensemble ils sont tous plutôt oubliables.

En ce qui concerne des ennemies notables ou les personnages importants, j’avoue que même ceux qui sont censés de jouer un rôle importante dans l’histoire principale ne m’ont pas trop marqué (comme Meredith ou encore Arishok)

Les membres d’équipe du joueur

Comme dans chaque jeu de Bioware, Dragon Age 2 offre la possibilité de recruter un certain nombre des personnages pour assister Hawke dans ses aventures. Tout au début il/elle est assisté(e) par son frère et sa sœur, ensuite viennent les autres, comme le narrateur de l’histoire, le nain Varric, une fille pirate, Isabela (connue également de DA :O), un guerrier vengeur, Fenris, une mage elfe Merrill, etc.

Tous ces personnages sont très détaillés et développés tout au long de jeu grâce aux très nombreux dialogues avec Hawke, entre eux et grace aux quêtes spécifiques pour eux. Quand ils sont en équipe avec Hawke pendant les autres quêtes, ils donnent souvent leurs avis ou interviennent lors des dialogues avec d’autres personnages non jouables.

Toute cette richesse vient avec un grand défaut: une bonne partie de ces personnages n’est pas vraiment intéressante. Comme mentionné avant pour les dialogues, même ceux des membres d’équipe de Hawke sont souvent dénués de l’intérêt – ceci se traduit par manque d’intérêt de personnalité : Aveline (une guerrière sérieuse et dépressive qui a perdu son mari) et Merrill (une mage sans confiance en elle) sont très bonnes exemples de ce problème. En gros, nous avons la quantité qui dépasse largement la qualité.

 

DragonAge2 Merrill

Des nombreux personnages (dont les membres d’équipe de joueur) n’ont pas assuré le niveau d’excellence demandé aux jeux de Bioware

 

Ce même remarque concerne des romances, une caractéristique récurrente des jeux de rôle de Bioware : ils ne m’ont pas touché dans aucun des moments : je n’ai pas senti aucune émotion, contrairement aux autres jeux (comme KOTOR, la série Mass Effect ou Baldur’s Gate).

 

DragonAge2 Hawke ne gaspille pas de temps

Hawke ne gaspille pas de temps …

 

Les écrivains des dialogues, les concepteurs des personnages se sont acharnés beaucoup avec leurs plumeaux à produire des kilomètres des dialogues, et tout ça pour obtenir tellement peu de résultat ! Ceci montre également beaucoup des manques de qualité littéraire de l’ensemble.

Heureusement, nous avons quelques personnages à peu près bien construits (surtout humoristiques et avec des acteurs de voix qui font bien leur travail) qui permettent de poursuivre le jeu : nous pouvons noter ici Varric et Isabela en équipe avec les autres personnages, ce qui donne un peu d’animation ; sinon ceci serait très ennuyant.

Dans l’ensemble, les membres d’équipe ne sont pas mémorables.

Les quêtes secondaires

Comme pour les dialogues et personnages, on a beaucoup des quêtes secondaires de toutes genres classiques : investigations criminelles, missions de sauvetage, transport des biens (appelés des Fedex), négociations des situations difficiles, etc. L’avantage de DA2 est qu’il arrive à justifier avec des courtes histoires chacun de ses quêtes, ce qui rend intéressant même des « Fedex ».

L’intérêt de ces innombrables quêtes est fortement atténué par deux problèmes : l’histoire principale (pourquoi faire tous ces quêtes si on n’a pas un objectif qui fait rêver ?) et la conception paresseuse des niveaux ou se déroulent les quêtes (ou plutôt copier/coller

Pour ce premier point, le problème est très visible quand nous comparons DA2 aux autres jeux avec des bonnes quêtes secondaires : dans Baldur’s Gate 2 ou la série Mass Effect les quêtes secondaires servent à  renforcer et enrichir la quête principale. Dans les jeux de type « sandbox », comme Fallout New Vegas, ceci fonctionne pareil : les quêtes secondaires servent à renforcer l’objectif choisi par le joueur. DA2 manque d’un objectif clair et ne donne pas la liberté au joueur de définir son propre objectif.

La conception des niveaux et conception graphique

La conception graphique et architecturale du jeu est un énorme défaut de Dragon Age 2 : d’un part le jeu réutilise beaucoup de contenu de Dragon Age : Origins (concepts des armures par exemple) et d’autre part l’espace très restreinte du jeu devient très répétitive après un certain (très court) temps du jeu. Dans tous les 3 actes nous explorons ce même unique, petite ville de Kirkwall (à comparer aux villes dans les autres jeux, comme Athcatla dans Baldur’s Gate 2 ou Vivec dans Morrowind) avec 4 petits quartiers, ou plupart des maisons n’est pas visitable, plupart des portes sert uniquement en tant qu’une texture

L’architecture de Kirkwall est très répétitive, monotone (en terme des couleurs : blancs et gris) et utilise partout des mêmes textures et modèles. D’autre part, pendant tous les 3 actes du jeu, la ville ne change pas du tout ! Même les personnages non jouables font et disent exactement la même chose pendant toute le jeu ! Ici je peux également ajouter une quasi absence de l’AI des personnages non jouables « hors bataille » (soit ils font rien, soit ils répètent le même dialogue sans aucune réaction logique, même si le joueur démarre une bataille à cote d’eux avec une bande des bandits)

Tous les quêtes secondaires (et une bonne partie de la quête principale) se déroulent dans les mêmes niveaux qui sont réutilisés plusieurs fois à l’outrance (exactement les memes niveaux ! la même cave, le même donjon, le même intérieur d’une maison riche, d’un entrepôt !). Les créateurs du jeu ont dépassé la limite de paresse, je suppose que ceci était fait pour les raisons de planning ou budget du jeu. C’est inexcusable !

Cette situation attenue fortement la valeur du jeu dans son ensemble, même malgré des nombreux dialogues, quêtes et personnages. Je dirais même plus : ceci montre que le jeu n’était pas fini quad il était publié et il manque de la cohérence entre ses éléments : en quelque sorte c’est le signe d’un mauvais management du projet et d’un déséquilibrage total de l’œuvre en conséquence.

Techniquement parlant, nous retrouvons beaucoup des éléments avec textures et modèles relativement peu détaillés, ce qui est surprenant pour un jeu sorti en 2011.

Nous pouvons noter par contre un avantage : la diversité assez importante des modèles des personnages non jouables dans le jeu. J’ai bien aimé également des écrans animés et stylisés de chargement du jeu (qui me font penser à la qualité de ce type des écrans dans Mass Effect 2)

Style du jeu et de son interface

Dragon Age 2 utilise un style assez sobre, simple. Les couleurs de l’interface (noir, rouge, or/blanc) sont plutôt bien choisis.

Par contre, je trouve que l’utilisation des effets de transparence ne va pas très bien avec son caractère « fantastique »

Musique et effets de son

Les effets sonores de bataille, les cris de guerre des membres d’équipe et ennemies, le son ambiant hors bataille est globalement bien fait et détaille.

La musique est oubliable et n’ajoute pas grande chose au jeu.

Première partie de la conclusion

Avant de poursuivre cet avis sur les aspects concernant la jouabilité, regardons l’ensemble de ce qui fait de Dragon Age 2 un jeu de rôle artistique : ci-dessus, j’ai fortement critiqué l’ensemble de ce qui fait le cœur d’un tel jeu : l’histoire, personnages, dialogues, la conception graphique du jeu, différents quêtes, ainsi que son ambiance générale.

Je remarque un grand effort de Bioware qui a voulu faire un jeu non linéaire, mais qui se solde par un échec complet à la fin par des nombreuses insuffisances et tout simplement, manque du génie artistique. Le jeu est fade, sans gout, ne fait pas rêver le joueur. D’ores et déjà, pour ces raisons je peux déconseiller de joueur Dragon Age 2.

La jouabilité

Dans son ensemble, DA2 est très similaire à son prédécesseur, Dragon Age : Origins. La plupart de mécanique et l’interface du jeu (telles que des caractéristiques des personnages) est repris et peu modifié.

La plus grande différence est dans le système de bataille qui est beaucoup plus orienté sur l’action que sur l’aspect tactique. Du coup, la bataille est beaucoup plus rapide et en même temps moins détaillé en terme de stratégie (mais il est toujours possible de donner les ordres spécifiques à chaque membre d’équipe avec une possibilité de mettre le jeu en pause).

DA2 a abandonné complètement le vue isométrique présent dans DA :O, ce qui rend la gestion de l’ensemble d’équipe plus difficile et le plus souvent le joueur se concentre sur une seule personnage, en laissant les autres se débrouiller avec leurs scriptes de bataille (qui peuvent être programmés par le joueur lui-même quand même).

L’interface lui-même est assez simple à prendre en main, et va bien avec l’aspect « action » du jeu.

 

Nous retrouvons quand même les options classiques d’un CRPG, telles que l’inventaire, description de la personnage et ses compétences, la carte locale d’un niveau et du « monde du jeu », un journal des quêtes classés par type et état (fini ou pas fini) ou encore un codex détaillé qui contient l’information sur le monde du jeu (qui peut être retrouvé un peu partout en formes différents telles que les livres, objets ou même en dialogues avec d’autres personnages)

Développement de personnages : Compétences et sorts

Le développement des personnages de l’équipe du joueur se fait comme dans DA :O ; nous gagnons l’expérience en faisant des quêtes, désamorçant des pièges, crochetant des serrures et tuant des ennemies. Quand nous arrivons à une certaine valeur, nous obtenons des points de compétences et caractéristiques qui peuvent être investis pour développer les personnages.

Les abilités et capacités des personnages ont été simplifiés depuis DA :O : tous les abilités non liées à la bataille sont supprimes (telles que l’alchimie, herbalisme, vol, persuasion dans les dialogues), d’autres sont associés aux caractéristiques primaires (comme crochetage des serrures et désarmement des pièges). Toutes ces simplifications renforcent l’aspect « action » du jeu mais ils diminuent également la liberté de joueur de « vivre » le monde du jeu.

En terme des abilités de la bataille, le système des « combos » était également simplifié : nous avons uniquement 3 effets de cumul sur les dommages selon les sorts et abilités utilisés sur les ennemies (par exemple l’effet de « fragilisation » par magie d’un ennemi pour une finition rapide par un guerrier et son épée). Les sorts combo de DA :O ne sont plus présents (comme utilisation d’huile pour ralentir des ennemies et puis la boule de feu pour l’allumer en grande explosion)

Une cote positive concerne l’arbre des compétences, abilités qui est un peu moins linéaire que dans le premier jeu (ressemble aux arbres des compétences dans Diablo 2) et qui classifie avec un code couleur et forme clairs des abilités selon leur nature (active, passive, utilisé en continue). Les effets des sorts et compétences sont beaux.

Les batailles

Les batailles s’avèrent assez peu intéressants dans Dragon Age 2 : d’un part le jeu s’appuie souvent sur une vieille tactique de se rendre plus difficile en envoyant plusieurs vagues de mêmes ennemies génériques et d’autre part des scripts d’intelligence artificielle des ennemies semblent être assez rudimentaires (ogres, qui courent vers un mur ou des ennemies qui courent directement à la va vite sur l’équipe du joueur, sans utilisation de quelconque stratégie).

Bien que le jeu donne la possibilité d’affronter plusieurs « boss » intéressants, il y en a peu qui demandent une approche astucieuse qui utiliserait des différents abilités de l’équipe. Le jeu est très biaisé vers un style de personnage particulier (un guerrier avec une arme à deux mains typiquement) et tous les classes ont une manière optimale de choix de leurs caractéristiques (si nous prenons « mauvaises » abilités, le jeu devient beaucoup plus difficile – certains ennemies sont très difficiles à battre sans une abilité particulière) : ceci montre un insuffisant équilibrage de système de bataille, des ennemies et du développement des personnages du joueur. DA2 n’était probablement pas suffisamment testé avant son publication.

Objets du jeu, armes, collectibles

Sans entrer en détail, le système des objets est très inspiré de Diablo 2 et simplifié si nous le comparons à DA :O. C’est relativement décevant et ne peut pas vraiment servir pour motiver le joueur à poursuivre le jeu.

La durée de vie

Si le joueur veut tout finir, je pense qu’il faut compter environ 60 heures du jeu. Il y a quelques DLC en plus disponibles aussi (quêtes secondaires et personnages supplémentaires). Par contre, le jeu est équipé d’un DRM, comme c’est récurrent actuellement, donc sa durabilité est soumise au support par son éditeur (extinction des serveurs égale impossibilité d’utiliser les DLC en état).

La conclusion

Bien que techniquement Dragon Age 2 n’est pas un mauvais jeu, mais dans l’ensemble il n’y a rien dedans qui ferait de lui une légende ou une expérience indispensable dans la vie. En finissant ce jeu, je n’ai pas de sentiment d’enrichissement quelconque en terme d’expérience artistique ou en terme d’amusement. Je n’étais pas enchanté ni par son histoire, personnages ni par son ambiance et les batailles et exploration de la mécanique du jeu ne m’ont pas donné de la satisfaction. A partir de son acte 2, la plupart du jeu était une corvée. Et j’en passe sur le DRM.

C’est une expérience éphémère, à jouer si nous n’avons pas d’autre chose à faire. Jouez d’autre chose que Dragon Age 2.

 

Screenshots de Dragon Age 2

 

Et maintenant regardons quelques screenshots du jeu…

 

J’ai apprécié énormément les cinématiques qui ont été dessinés dans un style bien particulier avec une très bonne maitrise de la couleur et forme…

 

DragonAge2 Cinematiques 1

 

DragonAge2 Cinematiques 2

 

DragonAge2 Cinematiques 3

 

La modélisation des personnages est très détaillée, l’effet du sang, la marque de fabrique de la série Dragon Age aussi…

 

DragonAge2 Cutscene Sang

 

Certains dialogues étaient bien drôles, même si la plupart est malheureusement oubliable.

 

DragonAge2 Cutscene Sang2

 

DragonAge2 lui ressemble a un candidat a mort

 

Dans Kirkwall, on rencontre des belles et méchantes magiciennes…

 

DragonAge2 une mechante mage bien curieuse

 

Certains cutscenes sont vraiment bien réalisés

 

DragonAge2 Isabela

 

Exemple de système de dialogue en pleine action: ici nous avons les options de se renseigner plus sur une quête (options à la gauche) avant de l’accepter ou refuser avec les options à la droite. On remarque une icone au milieu des options qui indique le sens de mot clé sélectionné par la souris (le point d’interrogation).

 

DragonAge2 Dialogue

 

Un autre dialogue avec une option agressive selectionnée.

 

DragonAge2 Dialogue Agressive

 

Ou encore un dialogue romantique …

 

DragonAge2 Dialogue Romance

 

Exemple d’aboutissement d’un quête et dialogue qui a amélioré des relations avec les membres d’équipe

 

DragonAge2 systeme de relation personnages

 

Au début du jeu la conception graphique me semblait assez impressionnante, même si le moteur du jeu date déjà un peu…

 

DragonAge2 impressionant

 

DragonAge2 haute ville

 

Ce type de conception fait rever …

 

DragonAge2 bon aussi

 

DragonAge2 dark roads

 

Les intérieurs sont plutôt détaillés (notamment des petits objets, comme des bouteilles, livres, etc. mais également des peintures).

 

DragonAge2 deco interieur

 

La première impression donné par DA2 est malheureusement cassée par la répétitivité. C’est troublant que ces mêmes décorations sont vues dans le jeu de la manière trop récurrente.

 

Le screenshot ci-dessous montre une grange… ce même niveau est réutilisé au moins une dizaine des fois dans les quêtes différents et en contexte différent.

 

DragonAge2 entrepot recurrent

 

C’est pas mal, non ? C’est bien car vous allez visiter ce niveau innombrables fois (car réutilisé à l’outrance dans les quêtes secondaires du jeu)

 

DragonAge2 la campagne recurrente

 

La côte de la mer, les fesses d’Isabela et le soleil sont pas mal dans ce niveau, par contre la modélisation des arbres est franchement pas très réussie et le fait que nous sommes forces de revoir ce même endroit des dizaines, voir centaines des fois.

 

DragonAge2 le cote recurrent mais isabela

 

Un petit exemple d’architecture de la ville haute de Kirkwall: tout le quartier utilise le copier/coller de ces mêmes textures partout: c’est très monotone

 

DragonAge2 Haute ville Monotonne

 

La maitrise des couleurs et des lumières est plutôt impressionnante dans cet endroit (basse ville de Kirkwall à côté de la fonderie)

 

DragonAge2 low town

 

Même si les lumières sont intéressantes, il est dommage que la ville basse est également soumise à la conception de type « copier/coller »

 

DragonAge2 pas mal comme vue

 

Certains choix des concepteurs ne sont pas compréhensibles… le concept des Qunari était fortement modifié depuis Dragon Age: Origins (pourquoi ils ont tous des cornes ?!).

 

DragonAge2 Look de Qunari

 

Bastons ! On aperçoit quelques effets des sorts (explosion d’une boule de feu, des décharges électriques …)

 

DragonAge2 auberge hors de controle

 

Un boss bien classique pour … Dragon Age 2.

 

DragonAge2 bataille avec dragon

Enormes araignes et d’autres saletés dans les donjons à nettoyer!

 

DragonAge2 big spiders

 

L’équipe de Mass Effect a visiblement touché un mot avec l’équipe de Dragon Age 2 … on dirait que c’est un Reaper (moissonneur) qui a débarqué dans le donjon.

 

DragonAge2 un boss reaper

 

Utilisation d’un sort AoE (area of effect)

 

DragonAge2 vagues dennemies

 

Et son résultat

 

DragonAge2 et carnage

 

Utilisation d’un conteneur

 

DragonAge2 Looting

 

Et non, malheureusement Dragon Age 2 n’a pas de vue isométrique, juste une possibilité de bouger camera jusqu’à un certain dégrée et zoomer/dezoomer

 

DragonAge2 vue isometrique

 

Création de notre personnage

 

DragonAge2 creation personnage

 

Monté en niveau – modification des caractéristiques

 

DragonAge2 atributes

 

Arbres des compétences d’un magicien (et un point à utiliser en monté de niveau)

 

DragonAge2 skills general

 

Une des arbres de compétences

 

DragonAge2 skills

 

Carte du monde de jeu. Le « cycle » de jour et de la nuit à Kirkwall est géré en utilisant les boutons en bas à droite. Le troisième bouton sert pour visiter les niveaux aux environs de Kirkwall

 

DragonAge2 carte du monde

 

Carte locale

 

DragonAge2 carte locale

 

Journal des quêtes.

 

DragonAge2 quests

 

Codex (information sur le monde du jeu complété en jouant)

 

DragonAge2 codex lore

 

Lettres permettent de déclencher des nouveaux quêtes et d’apprendre sur les résultats de nos quêtes précédents; cette fonctionnalité de Dragon Age 2 est clairement copié après la série Mass Effect (dans DA:O il n’y a pas eu de l’équivalent)

 

DragonAge2 lettre

 

Interface d’une livre trouvé dans le monde du jeu avec l’information qui est intégré dans le codex.

 

DragonAge2 une livre

 

Inventaire d’un membre d’équipe. On remarque la possibilité de comparer des objets dans l’inventaire avec ce qui est équipé sur le personnage.

 

DragonAge2 inventaire

 

Interface de stockage (dans la maison de Hawke)

 

DragonAge2 interface stockage

 

Artisanat (le même type d’interface est utilisé par les potions, runes, bombes et poisons)

 

DragonAge2 crafting

 

Un magasin (même type de l’interface que le stockage et similaire à l’inventaire de personnage)

 

DragonAge2 shop

 

Et enfin, un petit élément qui m’a bien plu dans Dragon Age 2 … quelques écrans de chargement animés, réalisés avec un beau style (par ce même artiste qui a fait des cinématiques probablement. Il y a bien plus dans le jeu.

 

DragonAge2 ecran de chargement 2

 

DragonAge2 ecran de chargement 3

 

DragonAge2 ecran de chargement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *